Il y avait les deux enfants de Thierry sur la balançoire, je les poussais, et chacun son tour:
fort comme... l'herbe
fort comme un oeil
fort comme le ciel
fort comme le jaune
fort comme une roue
comme un pneu
fort comme un gâteau
fort comme un doigt
fort comme une balançoire
fort comme une échelle
fort comme du bleu
fort comme un tee-shirt
fort comme une sandale
fort comme de l'eau
fort comme un sapin
fort comme une casquette
et ainsi de suite.
Tous les deux blonds jeunes et beaux dans la lumière du soir.