02 septembre 2009

... comme la guérison au bout d'une lame

... comme la guérison au bout d'une lame (Mademoiselle Bistouri)
Posté par aglagla à 09:48 - - Commentaires [2] - Permalien [#]

15 février 2009

Nids d'hirondelles

  <!-- /* Style Definitions */ p.MsoNormal, li.MsoNormal, div.MsoNormal {mso-style-parent:""; margin:0cm; margin-bottom:.0001pt; mso-pagination:widow-orphan; font-size:12.0pt; font-family:"Times New Roman"; mso-fareast-font-family:"Times New Roman";} @page Section1 {size:595.3pt 841.9pt; margin:70.85pt 70.85pt 70.85pt 70.85pt; ... [Lire la suite]
Posté par aglagla à 20:00 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
22 octobre 2008

Un paragraphe pour Hervé

En 70 papa résume encore souvent le film qu'il a regardé avec maman la veille, puis l'enthousiasme pour la télé se calme et dans les grands cahiers les résumés de films finissent par disparaître. Pendant que les parents regardent la télé Corinne et moi organisons des opérations commandos. Objectif: le haut du placard où est rangé le chocolat. Poser la poubelle sur une chaise puis se percher sur la poubelle sans l'écraser. Une fois on a pris toute la tablette et on l'a montée dans notre chambre. On a entendu papa qui montait l'escalier... [Lire la suite]
Posté par aglagla à 16:53 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
21 octobre 2008

Toi comme tu es...

Pendant leur voyage de noces mes parents ont commencé à tenir un journal. Au début papa et maman ont écrit tour à tour, d'ailleurs on ne sait pas toujours bien qui écrit parce que leurs écritures se ressemblent et qu'ils prennent parfois le rôle l'un de l'autre. Assez rapidement ce n'est plus que papa qui a tenu ce journal, qu'on appelait tous Le Grand Cahier (ce qui plus tard m'a immédiatement rendu sympathique le roman ainsi intitulé) l'écriture de papa est devenue de plus en plus ronde et gaie, et au fur et à mesure que nous... [Lire la suite]
Posté par aglagla à 21:09 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
04 mai 2007

Question ina

La question m'a étonnée, un peu peinée aussi et même un peu inquiétée. J'ai tout de suite répondu "oui" et j'ai eu cet SMS en retour: "Reponse ine". Elle était quoi ma réponse? inepte? inespérée? inexacte? inexcusable? inexplicable? inexpressive? inexploitable? Elle était sin, dir, ent, aim, rap, fra et mas. J'aime beaucoup le poème Comme si quoi d'André Frénaud: Comme si la mort savait conclure.Comme si la vie pouvait gagner. Comme si la fierté était la réplique. Comme si l'amour était en... [Lire la suite]
Posté par aglagla à 11:04 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
25 avril 2007

Reniement

Alors Judas, le traître, fut pris de remords en le voyant condamné ; il rapporta les trente pièces d'argent aux chefs des prêtres et aux anciens. Il leur dit : « J'ai péché en livrant à la mort un innocent. » Ils répliquèrent : « Qu'est-ce que cela nous fait ? Cela te regarde ! » Jetant alors les pièces d'argent dans le temple, il se retira et alla se pendre. Nani blanc c’était mon nounours. Le nounours de Corinne qui avait un pelage gris s’appelait Nani gris. Au commencement les... [Lire la suite]
Posté par aglagla à 14:20 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
15 décembre 2006

Manche à air

  Manche à air gonflée d'air, gonflée de vide, pleine de rien, pleine de vent. Cerf-volant qui ne décollera jamais. Elle regimbe attachée à un piquet. Camisole de forçat. Habit de l'air, vêtement du vent qui salue les voyageurs le long de la route. Elle habille un rien. Pas plus de vent dedans que dehors, elle ne délimite rien. Le vent lui donne sa forme, mais elle n'a pas la forme du vent. Sans mouvement propre. Un rien de vent lui donne une impulsion, une direction. Le vent la quitte, elle pend,... [Lire la suite]
Posté par aglagla à 01:12 - - Commentaires [4] - Permalien [#]